Les mots comme des fleurs III.


Lancement de la campagne des délégués !

IMG_20190919_103753

Bravo à Camille D. 6ème B qui a pris les devants et a réalisé une très belle affiche de campagne !

À vos idées !

Posté par HelGillot à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2019

Jolies pages de présentation du cahier de français !

Par Garance P.-L., 6ème B.

IMG_20190912_112816

Par Camille D. 6ème B.

Joli trait de crayon ! Bravo !

IMG_20190906_091826

Par Louane P. 6ème B

IMG_20190909_145514

Par Floria G. 6ème B.

IMG_20190909_145534

Et d'autres encore ! Ci-dessous par Thomas A. 6ème C,

IMG_20190911_113008

Et par Mélissa C. 6ème C.

IMG_20190911_113114

Bravo à toutes et tous ! ;-)

Posté par HelGillot à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Slam : Le langage du corps, par Fabien Marsaud. (Grand Corps Malade)

Le corps humain est un royaume où chaque organe veut être le roi
Il y a la tête, le cœur, les couilles, ça, vous l'savez déjà
Mais les autres parties du corps ont aussi leur mot à dire
Chacun veut prendre le pouvoir, et le pire est à venir
Il y a, bien sûr, la bouche qui a souvent une grande gueule
Elle pense être la plus farouche mais s'met souvent l'doigt dans l'œil

Elle a la langue bien pendue pour jouer les chefs du corps humain
Elle montre les dents, c'est connu, mais n'a pas l'cœur sur la main
Seulement, la main n'a pas forcément l'monopole du cœur
Elle aime bien serrer l'poing, elle aime jouer les terreurs
Elle peut même faire un doigt, elle ne fait rien à moitié
La main ne prend pas d'gant et nous prend vite à contre-pied
Le pied n'a pas d'poil dans la main mais manque d'ambition

Au pied levé, j'dirais, comme ça, que le pied n'a pas l'bras long
Les bras, eux, font des grands gestes pour se donner l'beau rôle
Ils tirent un peu la couverture mais gardent la tête sur les épaules

On peut être timide ou on peut parler fort
D't'façon, ce qui décide, c'est le langage du corps

On peut avoir l'esprit vide ou un cerveau comme un trésor
D't'façon, ce qui domine, c'est le langage du corps
C'est le langage du corps
C'est le langage du corps

Quand la bouche en fait trop, la main veut marquer l'coup
Pour pas prendre sa gifle, la bouche prend ses jambes à son cou
La bouche n'a rien dans l'ventre, elle préfère tourner l'dos
Et la main sait jouer des coudes, la tête lui tire son chapeau
Mais l'œil n'est pas d'accord, il lui fait les gros yeux
Ils sont pas plus gros qu'le ventre, mais l'œil sait c'qu'il veut
Car l'œil a la dent dure, le corps le sait, tout l'monde le voit
À part, peut-être, la main qui pourrait bien s'en mordre les doigts
Et, la jambe, dans tout ça, eh bien, elle s'en bat les reins
Elle est droit dans sa botte et continue son chemin
Personne ne lui arrive à la cheville quand il s'agit d'avancer
Même avec son talon d'Achille, elle trouve chaussure à son pied
Les pieds travaillent main dans la main et continuent leur course
Jamais les doigts en éventail, ils s'tournent rarement les pouces
Ça leur fait une belle jambe, toutes ces querelles sans hauteur
Les pieds se foutent bien d'tout ça, loin des yeux, loin du cœur

On peut être timide ou on peut parler fort
D't'façon, ce qui décide, c'est le langage du corps

On peut avoir l'esprit vide ou un cerveau comme un trésor
D't'façon, ce qui domine, c'est le langage du corps
C'est le langage du corps
C'est le langage du corps

Pour raconter l'corps humain, rien n'est jamais évident
J'me suis creusé la tête et même un peu cassé les dents
Alors ne faites pas la fine bouche, j'espère que vous serez d'accord

Que c'texte est tiré par les cheveux mais que, p'tit à p'tit, il prend corps
J'n'ai pas eu froid aux yeux, mais je reste un peu inquiet

Je croise les doigts pour qu'au final je retombe sur mes pieds
Ne soyez pas mauvaise langue même si vous avez deviné
Que, pour écrire ce poème, j'me suis tiré les vers du nez

On peut être timide ou on peut parler fort
D't'façon, ce qui décide, c'est le langage du corps

On peut avoir l'esprit vide ou un cerveau comme un trésor
D't'façon, ce qui domine, c'est le langage du corps
C'est le langage du corps
C'est le langage du corps

Source : LyricFind

Paroliers : Fabien Marsaud / Angelo Foley

Paroles de Le langage du corps © Sony ATV Music Publishing, Soc Sony ATV Allegro Music Publishing France.

Posté par HelGillot à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2019

Autobiographie : 3èmes, un film à regarder ce soir !

Patients

     Se laver, s'habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens.... Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s'engueuler, se séduire mais surtout trouver l'énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l'histoire d'une renaissance, d'un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

     Film réalisé par Grand Corps Malade, adapté de son roman autobiographique : Patients.

41gHLcBzuUL

     Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation.

     Avec la plume poétique, drôle et incisive qu’on lui connaît, Grand Corps Malade livre le récit de son année de convalescence dans un centre de rééducation pour handicapés lourds. Il nous fait entrer dans ce monde méconnu qu'il découvre alors : l'immobilité totale, les soins quotidiens, les médecins et les infirmiers dont on est entièrement dépendant. Des histoires personnelles, émouvantes, parfois drôles, toujours instructives des autres patients qu’il côtoie. Avec ses camarades de chambrée, handicapés tout comme lui, il vit, le temps de cette renaissance en rééducation, des péripéties truculentes et cocasses, entre les rires et les larmes, qu’il nous raconte avec humour et beaucoup de générosité. Patients est une leçon de vie, et d’optimisme, pour chacun d’entre nous.

     À regarder si vous le pouvez ! ;-)

     Source : Allociné et Babelio.

Posté par HelGillot à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un très joli porte-prénom, par Garance P-L. 6ème B.

IMG_20190905_104029

Très joli !

À vos présentations de cahiers de français, les 6èmes ! ;-)

Et tout au long de l'année, au gré des chapitres étudiés !

Posté par HelGillot à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2019

Une bonne opération menée au collège F. Truffaut !

Affiche 10 mn Lecture Truffaut

N'oubliez pas d'avoir un livre, une revue, un magazine

dans votre cartable ! ;-)

Bonne rentrée à toutes et tous !

Posté par HelGillot à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 août 2019

Un joli texte pour commencer ...

La jeunesse,

 

La jeunesse n’est pas une période de la vie,

elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,

une qualité de l’imagination, une intensité émotive,

une victoire du courage sur la timidité,

du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

 

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années :

on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme.

Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs

sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre

et devenir poussière avant la mort.

 

Jeune, c'est celui qui s’étonne et s’émerveille. Il demande

comme l’enfant insatiable : et après ? Il défie les événements

et trouve de la joie au jeu de la vie.

 

Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.

Aussi jeune que votre confiance en vous-même.

Aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement.

 

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.

Réceptif à ce qui est beau, bon et grand. Réceptif aux messages

de la nature, de l’homme et de l’infini.

 

Si un jour, votre coeur allait être mordu par le pessimisme

et rongé par le cynisme, alors ... puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

 

  D’après le Général Mac Arthur 1945.
 

Posté par HelGillot à 08:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 juillet 2019

Essai 1.

Bienvenue ! ;-)

Posté par HelGillot à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]